campagna de sault 11140 aude

numéro de téléphone-fax de la mairie: 0468 203 766 (répondeur vocal)

permanence à la mairie le vendredi de 10 h. à 17 h.

la localité

accueil accès bibliographie cimetière climat1 climat2 démographie église1 église2 église3 église4 fêtes

géographie hydrologie histoire mairie ours village1 village2 village3 village4 village5 village6 village7

et pourtant vous n'aurez pas encore tout vu: visitez aussi le site des hommes du village

histoire du village

"Le pays de Sault est un territoire limité au nord par le Kercorb, à l'est par le Fenouillèdes, au sud par le Confient et le Donnézan, et à l'ouest par le Sabarthès et le pays d'Olmes. Il fait partie du Razès."

"La famille d'Aniort prend la tête de la nouvelle vicomté de Sault, créée en 1013. Celle-ci perd son indépendance en 1060 et appartient alors au royaume d'Aragon. Au début du XIIIe siècle, les sires d'Aniort sont au premier rang de la résistance albigeoise. Après la croisade, ils sont dépossédés de leurs fiefs et saint Louis envoie en 1255 des commissionnaires pour établir le bailliage de Sault relevant de la sénéchaussée de Carcassonne."

"Le roi de France est définitivement maître des lieux en 1259, à la signature du traité de Corbeil. Le bailliage comprend l'actuel canton de Belcaire et Roquefortès. Par sa situation frontalière, il constitue une ligne de défense qui prolonge celle du Fenouillèdes: les châteaux contrôlent les voies naturelles de pénétration du pays : les gorges de l'Aude et du Rébenty. Les places sont entretenues et fortifiées. "

"Au début du XIVe siècle, le pays de Sault est intégré à la nouvelle circonscription d'Alet avec le haut Razès. Les incursions aragonaises de la fin du XV° siècle ont raison de nombreuses forteresses, et celles qui ont été épargnées tombent lors des guerres de Religion. L'annexion du Roussillon par le traité des Pyrénées (1659) entraine la désaffection et l'abandon des anciens bastions royaux. "

le chemin des fantassins

un des anciens de campagna

histoire de la catastrophe de l'année 1895

"2/1/1895 QUILLAN - "La neige" - "Depuis hier la neige tombe et la campagne en est complètement recouverte, mais les flocons étant menus, la couche de neige est peu épaisse. Il n'en est pas de mène dans le Pays de Sault où il en est tombé une grande quantité. Le courrier qui fait le service de Quillan à Belcaire (1000m d'altitude) par Espezel, ne peut marcher qu'avec deux paires de boeufs et trois chevaux. Si ce temps continue, les routes seront absolument impraticables."

"5/1/1895 A TRAVERS LA REGION - "Le mauvais temps" - FOIX (Ariège) - Depuis quelques jours, la neige tombe presque sans interruption sur toute la région. En certains endroits, dans les hauts cantons de l'Ariège, Ax, Vicdessos et Quérigut, la couche de neige est si épaisse (elle atteint près de deux mètres à AX) que les communications sont absolument interrompues. EDITION DE L'AUDE - CHRONIQUE LOCALE - QUILLAN - "Le mauvais temps" - Le temps est affreux dans le Pays de Sault... On nous dit qu'un militaire du 100° de ligne, venu ces jours derniers en permission pour voir sa famille, a été forcé de s'arrêter à Gesse et de rétrograder sans avoir pu arriver jusque chez lui,"

"dimanche 6/1/1895 A TRAVERS LA REGION - FOIX (Ariège) - "Avalanche de neige" - 15 morts, 8 blessés sur le village d'Orlu près d'Ax les Thermes... A Aulus les Bains une autre avalanche a emporté un jeune homme qui a été retrouvé vivant. 9 granges ont été écrasées. "

"Lundi 7/1/1895 (Dégradation de Dreyfus) A TRAVERS LA REGION - FOIX (Ariège) - 100 hommes de troupe de la garnison de Foix sont partis ce matin par le train de 9h 1/2 pour Tarascon où sera formé un train de travaux pour aller faire une tentative de déblaiement de la voie ferrée. Deux chasse-neige et quatre machines de renfort sont en effet bloquées vers Luzenac. M. Vianès secrétaire général et M. Galy vice-président du conseil de préfecture sont partis par le même train avec une brigade de gendarmerie pour chercher à atteindre Ax et porter secours aux victimes d'Orlu. Dans le village de Campagna de Sault il y aurait, paraît-il, 5 maisons écroulées et même des victimes. Les villages d'Orlu et d'Orgeix ont été évacués par les habitants... Une métairie s'est effondrée à Bazerques, section d'Ax, ensevelissant 3 personnes et des bestiaux... 4 personnes ont été ensevelies à Massat, une seule est morte."

"Jeudi. 10/1/1895 On n'a pas de nouvelles d'Orlu où s'est produite l'avalanche qui a coûté la vie à 15 personnes et enseveli une partie du hameau. On redoute de nouvelles avalanches à la suite du dégel qui a commencé... Le village de Vicdessos a été détruit en partie. "Loups et ours" - FIGEAC (Lot) - 2 loups dans les parages d'Anguirande commune de Pelzins descendus du Haut Quercy. - LUCHON - Un ours de forte taille est descendu jusqu'à 100 mètres de la cascade de Montauban. ... Train bloqué à 2 kilomètres de Limoux dans la plaine de Flassa. ... Quillan; communications toujours interrompues avec le Pays de Sault. "

"11/1/1895, 12/1, 13/1, 14/1: abondants détails sur la catastrophe d'Orlu, appel à la charité,

"Lundi 14/1/1895 LIMOUX - Samedi soir nous avons eu la visite de M.Bernard Lafitte entrepreneur maçon de Belvès qui nous arrivait fraîchement débarqué du beau pays de Coudons où il était bloqué depuis dix jours... Nous demandons à M. Lafitte des renseignements sur la catastrophe de Campagna où, nos lecteurs se le rappellent, il y a eu 5 maisons écroulées et 4 morts. Mais les communications les courriers étant interrompus, notre visiteur ne peut nous renseigner... Leur trajet fut pénible (Coudons-Quillan: 14 km en 5 heures), périlleux même car leur seul indice et guide dans ces pays montagneux était le fil télégraphique qui leur servait de main-courante. Or tout le monde sait à quelle hauteur se trouvent les fils télégraphiques! Nos voyageurs piètinaient donc dans la neige à une hauteur de 2 m ou 2.50 m. au-dessus du sol... à Coudons 2 morts depuis 7 jours n'étaient pas encore inhumés.

"Mercredi 16/1/1895 Le beau temps est revenu. Le département de l'Ariège, si cruellement éprouvé... n'en a malheureusement pas fini avec les dangers. La fonte des neiges peut provoquer d'autres désastres. L'administration supérieure aura fort à faire pour vaincre l'entêtement du paysan qui ne voit que l'intérêt immédiat. . . Comme on ne doit rien attendre de son initiative, il est nécessaire de lui substituer l'action directe de l'administration supérieure, les municipalités se faisant la plupart du temps les complices de l'avidité cupide du paysan. Comme nous l'avons déjà dit c'est la lutte du brin d'herbe contre le chêne protecteur qui préservait le hameau, la métairie adossés au pied de la montagne, de la chute foudroyante de l'avalanche. Tout le terrain conquis sur la forêt était acquis à la prairie qui, lentement, sûrement, patiemment envahissait la montagne jusqu'à la cime. La montagne déboisée, la neige amoncelée peut librement glisser sur la pente nue, ne trouvant plus aucun obstacle pour l'arrêter dans sa course désastreuse... Il est donc indispensable de procéder au reboisement... ... Il n'est pas encore possible de faire le dénombrement exact des victimes... C'est maintenant à la charité publique de faire son devoir.

"Samedi 19/1/1895 QUILLAS - Communications rétablies - Le courrier sur Espezel ne peut se faire qu'à cheval.

"Lundi 21/1/1895 L'influenza (on ne prononce pas le mot influenza, tous ont "la grippe") vient de faire son apparition... Voici les nouvelles qui nous parviennent de Bordères (Bagnères de Luchon) qui a été des plus éprouvés... on ne peut encore évaluer les pertes.

"25/1/1895 A Orlu les travaux de déblaiement ont été repris. Toutes les mesures sont prises pour éviter une nouvelle catastrophe. Un nouveau cadavre a été retiré des décombres... ce qui porte à 16 le nombre des personnes qui ont trouvé la mort dans l'avalanche du 3 janvier. 29/1/1895 QUILLAN - La neige a fait de nouveau son apparition... Les courriers ont éprouvé des retards.

"31/1/1895 LIMOUX - Dans le Pays de Sault le vent y forme des congères et comble routes et fossés. Les courriers sont interrompus... Si ce temps continue encore quelques jours il n'y aurait rien d'étonnant que la rivière d'Aude ne soit complètement gelée. EXTRAITS DE L'ECLAIR (Journal quotidien du Kidi / Bureaux-succursales ou de rédaction à Orange, Carpentras, Cavaillon, Avignon.,. Carcassonne, Barbonne, Limoux)

"Jeudi 10/1/1895 FOÏX, 9 janvier - On a enfin des détails complets sur l'effroyable catastrophe qui s'est produite jeudi dernier au village d'Orlu vers Ih de l'après-midi: une avalanche de neige se détacha de la montagne et descendit avec une rapidité vertigineuse. Tout ce qui se trouvait sur son passage fut saccagé. 4 maisons furent emportées et beaucoup d'autres endommagées. Une part du village fut détruite par les flammes communiquées aux décombres. 15 personnes ont été tuées et 8 blessées dont 2 mortellement. Les morts gisent pêle-mêle sans vêtements, avec les animaux tués, au milieu des décombres fumants. Les habitants du village, épouvantés, ont immédiatement fui leurs demeures, abandonnant tout, cadavres et bétail, n'emportant que quelques vêtements, sans songer, sous l'imminence du péril qui les menaçait, à secourir les malheureux engloutis sous la neige. Un seul a pu être retiré par quelques personnes dévouées. Le curé n'a pas voulu quitter son presbytère, malgré les supplications; il n'est parti que le lendemain, quand le village était complètement abandonné. Samedi la nouvelle du désastre fut connue à Ax. Le maire en informa immédiatement la préfecture. La gendarmerie, la douane, les agents forestiers et une partie de la population se mirent aussitôt en route pour faire un passage et permettre aux habitants de se rendre à Ax où tout était prêt pour les recevoir dans l'hospice ou les maisons particulières. A tout instant, des villages voisins, Sorgeat, Orlu, Ascou, Orgeix, Ignaux les émigrants arrivent, apportant qu'ils ont de plus précieux. J'ai vu arriver un père de famille portant 2 enfants et suivi d'une femme en tenant un autre dans ses bras. L'hôpital d'Ax est plein. Le maire fait distribuer des billets de logement aux arrivants. Les vivres manquent. L'eau manque aussi et on tait fondre la neige. L'aspect de la ville est lamentable, enfouie qu'elle est sous 3 mètres de neige. Beaucoup de maisons sont effondrées, d'autres menacent ruine. Les propriétaires font étayer les toits. Les rues étroites sont transformées en tunnels. On fait passer des eaux chaudes sur les chaussées. Les habitants circulent sous une épaisse couche de neige. Des loups errent dans les rues. Des bandes d'oiseaux de proie s'abattent sur les toits. A Orlu les loups dévorent les cadavres d'animaux et d'êtres humains. Aux environs d'Ax on a trouvé le cadavre d'un enfant. On ignore ce que sont devenus les parents. De mémoire d'homme on n'avait vu pareil désastre dans le pays. Toutes les bergeries situées sur le flanc des montagnes ont disparu avec les troupeaux. Toutes les communications entre les villages sont impossibles. Les fils télégraphiques sont emportés. C'est un pays isolé, sans nouvelles, et il ne parvient ni dépêches, ni lettres, ni aliments. FOIX, 9 Janvier - Après 2 jours de lutte contre les éléments, l'administration départementale vient enfin de rétablir les communications avec les habitants d'Ax. Hier, un puissant chasse-neige était parvenu à débloquer la route de Sopate à Vic-Dessos. 6 machines poussant un autre chasse-neige sans pouvoir atteindre Ax, avaient néanmoins déblayé un peu la voie jusqu'à Luzenac. M. Gally, vice-président du conseil de préfecture, suivait à pied le chasse-neige escorté de 3 gendarmes. Il partit de Luzenac pour Ax où il arriva enfin dans la soirée. Un seul gendarme avait pu le suivre jusqu'au bout; les 2 autres, égarés dans une tourmente de neige à 5 km d'Ax, après être restés bloqués pendant 4 h, avaient du revenir sur leurs pas. La troupe a couché à Ax qui se trouvait sans farine pour faire du pain depuis la veille et avec un surcroît de 600 habitants environ des conmunes d'Orlu et d'Orgeix qui avaient fui épouvantés. M. Gally s'occupera immédiatement de faire connaître les besoins de la population d'Ax. Le préfet a pris toutes les mesures nécessaires pour assurer le ravitaillement. Le préfet, le procureur de la République, les ingénieurs des ponts et chaussées et les agents des forêts espèrent que, grâce aux travaux de déblaiement opérés par les hommes du 59° de ligne et les ouvriers du chemin de fer, les locomotives pourront, aujourd'hui, atteindre Ax. Ils estiment que la circulation ne pourra être entièrement rétablie que dans 3 ou 4 jours. On a eu aujourd'hui des nouvelles des communes de Mérens (1000 m d'altitude) et de l'Hospitalet (1400 m), qui inspiraient de graves inquiétudes. Des émissaires, partis de ces localités, ont mis 2 jours pour faire les 19 km qui les séparent d'Ax. Il n'y a pas eu d'accident dans ces communes dont les habitants ont des vivres en quantité suffisante, Mardi 15 Janvier "Petites nouvelles télégraphiques" - Nos correspondants particuliers nous télégraphient: "La neige dans l'Aude" - Carcassonne 14 Janvier 1895- Un ami qui arrive du Pays de Sault nous donne enfin des renseignements sur la situation de ce malheureux pays. Le village de Campagna et le hameau de Marfaing ont été en grande partie détruits par une avalanche de neige; on compte un certain nombre de morts et de blessés. On ne peut encore connaître l'importance de la catastrophe car les communications avec ces villages sont à peu près impossibles encore. La vallée du Rébenty n'a pas été épargnée. Le village de Joucou, sans vivres, demande du secours. Les hommes venus à Quillan de ce village ont couru mille dangers. Le plateau d'Aunat et celui d'Espezel ont atrocement souffert. Un des boulangers d'Espezel, nommé Parinot, voulant distribuer du pain à ses clients, a trouvé la mort et son attelage s'est perdu dans la neige. La voiture de Quillan à Bélesta, qui passe sur ce plateau, ne fait plus son service depuis le 31 Décembre. 200 ouvriers ont été loués à Quillan pour porter des vivres et des secours à Axat et autres villages des cantons d'Axat et de Belcaire, mais fort souvent encore à ce moment les tentatives restent inutiles.

"Samedi 16 Février 1895 CHRONIQUE REGIONALE - Aude - Carcassonne - "Réseau téléphonique" ... Cette ligne qui met le midi en possession d'un mode de communication rapide et indispensable,.. est terminée. "

retour